Faites connaissance avec Ernest Renan à Tréguier

2 Nov

Pour illustrer le nouveau label national « Maison des Illustres » mis en place par le Ministère de la Culture en septembre dernier, j’ai décidé de vous faire découvrir la maison d’Ernest Renan. Ce label a été créé afin de mettre en réseau plus d’une centaine de maisons qui ont été occupées par des écrivains, artistes, ou hommes politiques illustres. L’ambition est de mettre en valeur ce patrimoine intime, ces lieux qui sont bien plus que les pierres qui les composent, ouverts au public mais trop rarement visités.


Que vient-on chercher dans ces maisons ? Des traces authentiques du passage dun personnage? Un décor recréé ou reconstitué ? Un intérieur transformé en salles d’expositions mettant en valeur son histoire ?

La maison d’enfance d’Ernest Renan, au cœur de la petite ville pittoresque de Tréguier, dans les Côtes d’Armor, combine ces différentes attentes. Ernest Renan : le genre de personnages dont on a tous entendu parlé, qui donne son nom à des places, des rues, des écoles, mais dont on n’arrive jamais vraiment à se souvenir s’il s’agit d’un homme politique, d’un écrivain ou d’un scientifique.

La visite de sa maison commence dans une petite salle attenante à l’accueil/boutique, par un petit film biographique à l’esthétique tout droit sortie des années 1990. Une voix nous raconte les grandes dates de la vie d’Ernest Renan sur un fond d’images d’archives fondues avec des images de mer au crépuscule. Rien de bien palpitant, mais de quoi comprendre enfin qui était cet homme.

Ernest Renan fut un intellectuel plutôt inclassable : à la fois historien, philosophe et écrivain, il est célèbre pour avoir publié en 1863 une « Vie de Jésus », d’après les faits historiques et suite à de nombreux voyages au Proche Orient, ce qui déclencha un scandale dans le monde catholique de l’époque. Professeur, puis administrateur du Collège de France, il sera également élu en 1878 à l’Académie Française. En bref, un homme marquant de la seconde moitié du XIXe siècle.

La suite de la visite se passe au premier étage. Trois grandes salles à la muséographie très datée, nous présentent quelques objets « reliques », tels que le carnet et le crayon dont il s’est servi pour écrire ses derniers mots, sans oublier le guéridon sur lequel il les a écrit. Les pièces sont parsemées de panneaux montrant des bribes de chronologies, des citations, des photographies anciennes ou des cartes postales encadrées. On a même le droit à une reconstitution de son bureau et de sa bibliothèque.

Après ces quelques pièces qui nous plongent plus dans l’histoire des musées que dans celle d’Ernest Renan, une dernière toute petite pièce attire notre attention : là, des couleurs, de la lumière ! Une scénographie actuelle nous raconte les évènements qui ont eu lieu lors de l’érection d’une statue en l’honneur du grand homme farouchement anticlérical sur la place juste devant la cathédrale de Tréguier. Un sacrilège pour les fervents catholiques de la ville, ce qui donnera lieu à des heurts et des manifestations. Cette salle dénote par sa muséographie, et d’après les affiches, il s’agissait d’une exposition temporaire présentée en 2003, qui fait désormais partie intégrante de la visite.

La visite se poursuit sur deux étages en gravissant des escaliers escarpés, où une petite histoire de la signalétique muséale nous indique de toutes les façons possibles qu’il faut bien se tenir à la rampe pour ne pas glisser dans l’escalier. Après ces péripéties, on arrive dans une petite pièce mansardée où sont présentés les affaires d’écoliers et les bulletins scolaires du petit Ernest. Un espace intime plutôt touchant.


La maison possède également un grand jardin à l’arrière : agréable et bien entretenu, on y trouve une estrade qui doit servir à l’organisation d’événements en plein air à la belle saison.

Après cette visite, on sait enfin qui était Ernest Renan, même si on reste quelque peu sur sa fin. On ne sait pas par exemple combien de temps il a réellement vécu ici. La maison, gérée par le Centre des Monuments Nationaux, manque apparemment de moyens pour remettre au goût du jour le parcours de visite, et ainsi rendre plus intelligible la vie et l’œuvre d’Ernest Renan.

Infos pratiques :

Ouvert :
avril, mai, juin et septembre, du mercredi au dimanche, 10h-12h et 14h-18h
juillet et août, tous les jours, 10h à 12h et 14h à 18h
octobre à mars, sur rendez-vous pour les groupes

Tarifs :

Plein tarif : 3 € , Tarif réduit : 2,50 €  , Gratuit pour les moins de 26 ans

http://maison-renan.monuments-nationaux.fr/

Par C.M.

Publicités

Une Réponse to “Faites connaissance avec Ernest Renan à Tréguier”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Monuments « nationaux » : qu’attend la région Bretagne pour agir ? « Sterne - 11/01/2012

    […] l’origine de cet article, une visite du blog pérégrinations culturelles à la maison d’Ernest Renan à Tréguier. Le constat est sans appel, ce monument, aujourd’hui […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :