Baionako Euskal Museoa

28 Sep

Découvrir une région revendiquant une forte identité éveille toujours la curiosité. Dans le Pays Basque, on ressent une atmosphère particulière qui donne envie de découvrir cette culture. Pour essayer de comprendre un peu mieux l’histoire de ce peuple, pourquoi ne pas visiter le musée d’ethnographie locale : « le Musée Basque et de l’histoire de Bayonne ».

Ouvert depuis 1924, le musée a fermé ses portes en 1989 pour une entière rénovation qui s’achève en 2001. Il est installé dans la maison Dagourette, demeure bourgeoise de la fin du XVIème, dont les salles ont été réaménagées pour accueillir l’exposition permanente. Le parti pris est de présenter les quelques 2 000 objets constituant la collection, de façon thématique. Répartie sur trois étages, la muséographie est claire, aérée et présente des objets agrémentés de textes ou de documents iconographiques pour mieux en comprendre leurs usages. Les collections sont divisées en plusieurs sections qui tentent de faire ressortir les thèmes importants : économie, vie rurale et domestique, histoire maritime, arts, fêtes et jeux.

Si la partie ethnographie est plutôt bien faite, l’histoire de Bayonne est peu lisible. En effet, une exposition thématique ne permet pas de bien rendre compte de l’histoire de cette ville. Quelques salles y sont consacrées, comme celle sur la ville épiscopale ou la communauté juive, mais cela n’est pas suffisant. Il faut aller glaner les informations dans les autres thèmes, comme celui sur la vie maritime et fluviale, pour avoir de plus amples détails sans pour autant reconstituer la chronologie. Un peu dommage si on cherche à comprendre le passé de cette ville.

Mais la chose la plus notable dans ce musée est l’effort fourni pour le public handicapé. Titulaire du label “Tourisme et Handicap” (pour les handicaps moteur et mental), le musée fait de nombreux efforts pour être accessible à tous. Ascenseur, plans inclinés, boucle magnétique ou textes disponibles en gros caractères, tout est fait pour faciliter la visite. Les cartels sont placés de façon à être à la hauteur des personnes en fauteuil roulant, rendant parfois la lecture difficile aux autres visiteurs. En effet, ils sont transparents et posent les problèmes dont nous avons pu parler ici. Le fait qu’ils soient placés très bas n’arrange pas les choses.

Enfin un autre dispositif et pas des moindres, des tables roses, placées dans les salles les plus importantes, font appel aux sens les moins sollicités dans les musées. En effet, il est possible de toucher, originaux ou reconstitutions, des objets les plus significatifs de la culture basque. Parfois, il est possible de tirer des sons ou de sentir certaines odeurs. Sur demande, un guide peut faire des visites tactiles. Ces tables sont en tout cas un excellent moyen d’appréhender la culture basque et en constituent une bonne synthèse permettant de résumer l’espace thématique tout en se l’appropriant.

Les plus :

  • Une muséographie moderne adaptée à la thématique ethnographique
  • Des tables tacticles qui permettent une découverte originale de la culture basque

Le – :

  • L’histoire de la ville de Bayonne n’est pas très claire

Par A.D

Informations pratiques :

Musée Basque
37 Quai des Corsaires
64100 Bayonne

Ouvert de 10h30 à 18h, tous les jours, sauf lundi et jours fériés.

Tarifs :

Adultes : 5.50 €
Réduit : 3 €
Gratuit pour les moins de 26 ans.

http://www.museebasque.com

Publicités

2 Réponses to “Baionako Euskal Museoa”

  1. Clement 22/02/2013 à 18:27 #

    Bonjour,
    Les Amis du Musée Basque de Bayonne et le Musée sont coéditeurs d’un bouquin: La collecte du contemporain:
    http://www.samb-baiona.net/fr/publi/index.html
    Il peut vous intéresser dans vos pérégrinations et vos interrogations sur l’évolution des musées de société.
    Amicalement

  2. Clement 23/02/2013 à 09:44 #

    La vitrine de la photo est celle des makhilas offerts par la famille Ainciart à l’occasion de la création du Musée Basque de Bayonne. L’image est très bien définie et l’observateur attentif trouvera dans la panoplie un intrus dont le pommeau n’a rien à voir avec les autres.
    Pour plus d’infos:
    http://blog.makhila.com/post/2011/12/14/Les-makhila-Ainciart-Bergara-au-Mus%C3%A9e-Basque-de-Bayonne-%28Partie-1%29

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :