Les créations de JP Gaultier exposées à Montréal

5 Août

Exposer un créateur de haute couture, un pari encore à relever ? Première rétrospective internationale de JP Gaultier, cette exposition est une rare occasion de voir de près les réalisations du créateur. Mais l’on reste sur sa faim !

L’excellent souvenir de l’exposition de Christian Lacroix au Musée Réattu d’Arles encore en tête, je monte pleine d’entrain les marches du Musée des Beaux Arts de Montréal, prête à tout découvrir de l’univers de JP Gaultier, ses sources d’inspiration, son mode de création, ses croquis… Je suis accueillie par le créateur presque en personne, grâce à la magie des mannequins animés, réalisés par la compagnie UBU. Sur le masque d’un mannequin est projeté par vidéo le visage de JP Gaultier, dans l’esprit du travail de Pierrick SORIN, débitant un texte d’accueil au visiteur. Il est flanqué d’autres personnages animés de la même manière, présences muettes ou soliloquantes. Une entrée en matière assez plaisante, qui rapproche le spectateur des créations, mais avec un procédé qui tient néanmoins plus du gadget que de la médiation à proprement dit.

C’est là que le bât blesse : une belle mise en scène, un beau déballage de moyens, mais un mode de présentation des réalisations qui se limite à la simple exposition. Comme si on ne pouvait exposer un créateur que sur le mode du défilé de haute couture, de l’apparition (certes enchanteresse) presque mystique, au secret imprenable.

Alors bien sûr, le parcours donne quelques clefs de lecture et souligne quelques sources d’inspiration (la plupart étant immédiatement lisibles, pas besoin d’être normalien pour saisir les influences de l’univers X et du bondage dans certaines de ses collections). Mais l’exposition se réduit à son strict minimum, quelques repères biographiques, listing des collaborations artistiques de JP Gaultier avec divers cinéastes, musiciens ou chorégraphes. Extraits des défilés de mode, photographies des créations, extrait des films où les costumes ont été réalisés par le couturier.

Rien n’est dit sur leur processus de fabrication, les aspects techniques ou économiques, le déroulement des défilés. Rien non plus sur les petites mains, les différentes étapes qui vont du dessin à la couture. Rien sur le travail des matières, sur les exigences des costumes de danse ou de cinéma. Rien, ou très peu.

On sent que le commissaire d’exposition, ancien mannequin, a voulu préserver, voire reconstruire cette magie des défilés. Alors oui, l’exposition est une chance unique de voir de près ces créations réservées à un public restreint. Mais l’on y apprend peu sur le créateur et le monde de la haute couture.

La clef est encore réservée aux initiés. Et l’on part frustré, car si le titre de l’exposition « De la rue aux étoiles », laissait présager la mise en valeur d’un terreau et de sources d’inspiration populaires, force est de constater qu’on nous scotche le nez dans les étoiles, sans nous fournir les lunettes adéquates pour les lire. Un rendez-vous manqué !

Le plus :

  • C’est beau, et puis on peut dire « j’ai vu! » en sortant.

Le moins :

  • On voit beaucoup mais on apprend peu.

 Plus de photographies dans notre Galerie Picassa

Exposition créée par le Musée des Beaux arts de Montréal.

Commissaire d’exposition : Thierry-Maxime Loriot

Aménagements : Projectiles (architecture intérieure), Paprika (identité visuelle) et UBU (mannequins).

Renseignements pratiques :

Ne pleurez pas, cette expo traversera les océans ! Vous pourrez la voir au :

Dallas Museum of Art :
13 novembre 2011 – 12 février 2012

Fine Arts Museums of San Francisco, de Young :
24 mars – 19 août 2012

Fundación Mapfre – Instituto de Cultura, Madrid :
26 septembre – 18 novembre 2012

Kunsthal Rotterdam, aux Pays-Bas :
9 février – 12 mai 2013

En attendant, elle est au Musée des Beaux arts de Montréal jusqu’au 2 octobre, tous les jours sauf le lundi, nocturnes les mercredis, jeudis et vendredis.

http://www.mbam.qc.ca/fr

Par Ap.B.


Publicités

Une Réponse to “Les créations de JP Gaultier exposées à Montréal”

  1. Alexandra P. 11/08/2011 à 18:42 #

    Dommage qu’on ne puisse la voir en France… La muséo a l’air un peu « statique » mais c’est tellement magnifique !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :