Royal Ontario Museum de Toronto : un regard passionnant sur les cultures du monde

16 Juil

Vous avez du temps? Vous n’en n’aurez jamais assez pour visiter le ROM dans son entier en une seule fois. Vous serez agréablement frustrés, dans tous les cas.

Ses collections satisferont toutes les curiosités, puisque le thème, ô combien vaste, du musée est « histoire naturelle et cultures du monde ». Vous pourrez donc goûter à des ossements de dinosaures et partir à la découverte des vêtements du monde entier, de la culture autochtone ou de la Chine ancienne, et j’en oublie.

Plus encore que par ses collections impressionnantes, le ROM se démarque par le regard qu’il y porte. Ici, nulle prétention au savoir exhaustif et à l’érudition. Il ne s’agit pas de tout savoir sur toutes les cultures du monde, mais plutôt de repartir du ROM avec la conscience de l’infinie diversité d’incarnation de l’humanité, en fonction des espaces, des besoins et des aléas auxquels elle est confrontée.

Plusieurs galeries sont remarquables à ce propos : la galerie présentant les premiers peuples, par exemple, ne prétend pas présenter la culture autochtone mais plutôt la manière dont on a pris conscience de sa richesse et de la nécessité, tragique, de la conserver. Pour chaque objet, différents niveaux de lecture sont proposés : sa date de fabrication et sa fonction première, explicitées sur le cartel, mais aussi la manière dont il a été recueilli auprès des peuples autochtones, par le biais des témoignages des collecteurs (extraits de journaux accompagnés de photographies). Parfois, un regard contemporain d’autochtone ajoute encore un niveau de lecture. Chaque vitrine est ainsi constituée : l’objet, son cartel, et en fond une photographie du moment où l’objet a été recueilli, assorti de témoignages.

Chaque objet, chaque tableau, au-delà de sa valeur esthétique fait sens. Il est présenté comme le résultat d’un tout, de composantes esthétiques, symboliques, politiques, utilitaires et redevient le produit à la fois d’une histoire complexe, mais aussi des différents regards qui lui sont portés, suivant le niveau d’analyse adopté.

Il en est ainsi de toutes les galeries du musée. La partie dédiée aux sciences naturelles reste dans le même esprit : l’étude de la nature est mise en perspective avec les enjeux actuels de préservation de la biodiversité, adoptant parfois un ton moralisateur et culpabilisateur un peu pesant, mais bienvenu en Amérique du Nord, terre de tous les gaspillages. Le ROM se veut engagé et conscient des enjeux actuels. Cette partie du musée est remarquable par les dispositifs de médiation mis en place : jeux, bornes interactives, manipulations, reconstitutions, mini expériences disponibles, espaces entièrement dédiés aux enfants… Régulièrement, on vous rappelle le nom du généreux commanditaire qui a permis l’aménagement des salles du musée. Et au vu des résultats, le mécénat a vraiment du bon.

Bref, vous l’aurez compris, le ROM est une étape obligatoire d’un séjour à Toronto. Il se démarque aussi par ses nombreuses expositions temporaires, et ses multiples activités proposées : cycles de conférences, ateliers, etc.

Assurément, un grand moment de réflexion sur le patrimoine naturel et de l’humanité !

 

Les galeries qui ont retenues toute notre attention :

Galerie Daphne Cockwell du Canada, présentant les Premiers peuples et la sauvegarde de leur mémoire.

Galerie Sigmund Samuel du Canada, retraçant la constitution d’identité(s) culturelle(s) canadienne(s).

Galerie Patricia Harris des textiles et du costume, ou comment visiter le monde, les âges et le rapport au corps à travers la parure vestimentaire.

Galeries européennes Samuel, permettant de prendre un recul rapide sur notre histoire et nos rapports au monde.

Et la galerie des dinosaures, parce que les squelettes rendent drôlement bien dans l’architecture de Daniel Libeskind!

Plus de photos : rendez vous sur notre Galerie Picasa

Les plus :

  • L’architecture du Musée, de Daniel Libeskind, l’architecte auquel on doit aussi le Musée de l’histoire du Judaïsme à Berlin.
  • Le regard porté sur les collections, qui permet d’ouvrir le regard et de considérer différemment les objets tout en découvrant des aspects esthétiques, historiques, sociaux et économiques.
  • Vive le bilinguisme canadien : tout est doublé en français.

Les moins :

  • La seule limite de ce musée étant la capacité d’absorption du visiteur, on pourra regretter le fait que le billet d’entrée ne soit pas valable plusieurs jours, le musée est clairement trop grand pour une seule visite!
  • Une entrée assez onéreuse!

Infos pratiques :

http://www.rom.on.ca/visit/index_fr.php

Ouvert toute l’année de 10H à 17H30, nocturnes les vendredis.

Par Ap.B

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :